Les pires conseils de référencement en 2022 + solutions

Août 23, 2022 | SEO

Le référencement est comme la crème glacée ; il y a beaucoup de parfums, mais certains sont à éviter. C’est la même chose avec les conseils de référencement sélectionnés.
La plainte la plus fréquente que nous recevons de la part de clients d’audit et de blogueurs est l’incapacité de « savoir quel conseil SEO suivre ».
Contrairement aux moteurs de recherche qui peuvent classer, re-classer ou pénaliser les informations ou les pratiques qui sont contraires à l’éthique ou sans scrupules par nature, le blogueur moyen ne peut pas faire de même en passant en revue de multiples cours, gourous ou podcasts.
Malheureusement, l’année 2022 a porté les choses à un tout autre niveau.
Le nombre de courriels et de messages instantanés que nous avons reçus de blogueurs nous demandant « Est-ce vrai ? » ou « On m’a dit de faire ceci, qu’en pensez-vous ? » ne peut être quantifié autrement qu’en disant « C’était beaucoup ».
Exécuter une stratégie de référencement correcte et compétente n’a jamais été aussi difficile, surtout à la lumière de l’explosion de nouveaux sites Web lancés pendant la pandémie.
En tant que tel, il n’a jamais été aussi important de comprendre quels conseils sont valables et lesquels sont des fausses pistes.
À cette fin, nous vous présentons quelques-uns des pires conseils en matière de référencement sur lesquels on nous a interrogés en 2022, en espérant que les réponses vous aideront à décider ce qu’il ne faut pas faire.

Pire conseil SEO #1 : « Je ne devrais jamais supprimer le contenu de mon site web »

Conseil SEO
Les avantages de la suppression de l’ancien contenu d’un site existant sont connus et pratiqués depuis des années.
Pensez à votre site comme à un jardin. Tout le contenu générant du trafic, des liens et des signaux sociaux réguliers sont vos fleurs. Tout ce qui ne l’est pas ? Ce sont vos mauvaises herbes.
Tout comme dans un vrai jardin, vous pouvez tuer vos fleurs si vous n’arrachez pas ces mauvaises herbes.
Laisser du contenu expiré, de faible qualité ou mince sur votre site peut entraîner une myriade de mauvais résultats de référencement, notamment :
• La dilution de votre budget global de crawl.
• Réduire l’autorité globale du site.
• Créer des problèmes de cannibalisation des pages et des mots-clés.
• Réduction de l’UX de la page et du temps passé sur le site.
• Diminution du revenu par millier d’impressions (RPM) pour les revenus publicitaires.
• John Mueller de Google a également démontré que le contenu de mauvaise qualité d’une partie d’un site peut avoir un impact négatif sur le classement de l’ensemble du site.

Conclusion :
Si vous pouvez mettre à jour et améliorer le contenu existant, faites-le !
Mais si ce n’est pas le cas, supprimez-le et passez à autre chose. Pensez à la qualité du contenu de votre site, et non la quantité.

Pire conseil SEO #2 : « Tout ce dont j’ai besoin est d’écrire un contenu plus long pour être mieux classé »

Conseil SEO
Il a été déclaré à plusieurs reprises que le nombre de mots n’est pas un facteur de classement avec Google. Et pourtant, chaque jour, nous rencontrons des clients qui ont reçu l’ordre d’écrire une ressource plus longue comme principale méthode pour « récupérer » un classement perdu ou améliorer la visibilité existante.
Lorsqu’il a été interrogé sur le nombre de mots, M. Mueller a répondu que « le fait d’ajouter aveuglément du contenu à une page n’améliorera pas son classement ».
Ce qui aide une ressource, c’est l’ajout de contenu utile au public.
Par exemple, personne ne veut lire un traité de plus de 2 000 mots sur les cœurs d’artichauts.
En tant que tel, comprendre ce que votre public recherche et ce qui est considéré comme « utile » peut encore être déroutant pour le propriétaire de site moyen.

Conclusion :
Une mise à jour ou une réécriture du contenu doit avoir un objectif clair et permettre de comprendre pourquoi votre page n’est pas classée en premier lieu.
Y a-t-il un décalage d’intention avec votre requête ?
La page présente-t-elle des déficiences techniques ?
Êtes-vous en concurrence avec des sites beaucoup plus importants ?
Ce ne sont là que quelques questions auxquelles il faut répondre avant de décider « d’écrire une ressource plus longue » pour obtenir un meilleur classement.

Pire conseil SEO #3 : « Je devrais inclure mon mot-clé principal dans chaque titre de page »

Pire conseil SEO
Pendant les « bons vieux jours » du SEO, il était très courant d’optimiser une page autour d’un mot-clé central en incluant le mot-clé central dans le titre, la méta-description, l’URL et chaque titre de la page.
Par exemple, il y a quelques années, un article de recette typique essayant de se classer pour  » tarte à la crème de banane  » aurait pu ressembler à ceci :
<H1> La meilleure tarte à la crème de banane
<H2> Pourquoi cette tarte à la crème de banane est la meilleure
<H2> Ingrédients de la crème de banane
<H2> Pas à pas pour faire une tarte à la crème de banane
<H2> Questions et réponses sur la tarte à la crème de banane
<H2> Recettes connexes de tarte à la crème de banane
<H2> Tarte à la crème de banane (fiche recette)

Malheureusement, à la suite des mises à jour de Google à partir de novembre 2019, et des Core Updates annoncées plus tard en janvier et mai 2020, un schéma clair est apparu, selon lequel les blogueurs qui avaient sur-optimisé leurs titres (entre autres problèmes) ont subi des baisses de classement et de trafic décimées.
Cette tendance était incroyablement facile à observer dans les audits et les groupes Facebook en ligne et a été rapidement confirmée par une étude sur les blogueurs culinaires réalisée par la société de référencement Top Hat Rank et publiée en février 2020.
Dans cette étude, les blogs culinaires ont vu une baisse de 60 % du trafic direct sur les moteurs de recherche Google pour les recettes et les articles qui s’étaient engagés dans une sur-optimisation des mots-clés de rubrique.
Heureusement, les blogueurs qui sont retournés sur leur site et ont commencé à désoptimiser leurs titres se sont rétablis lors de la mise à jour principale de mai 2020, ou bien plus tard, lorsque Google a effectué sa prochaine mise à jour annoncée en décembre.

Conclusion :
Toute recommandation visant à bourrer vos en-têtes de mots-clés est non seulement un conseil dépassé, mais aussi potentiellement dangereux pour le site moyen dans le climat algorithmique actuel.
Faire référence à votre mot-clé naturellement dans le H1 et un ou deux autres H2 semble correct. Plus que cela, cela aura l’air d’un spam et devrait être évité !

Pire conseil SEO #4 : « Le texte alternatif doit être utilisé pour les mots-clés SEO »

Pire conseil SEO
Le texte Alt, ou texte alternatif, est l’un des sujets les plus importants et les plus incompris de tout le SEO et de l’accessibilité. Avoir un bon et correct texte alt pour les images n’est pas seulement une simple meilleure pratique SEO, mais c’est essentiel pour les personnes ayant un handicap visuel qui visitent le site.
Le texte alt existe avant tout pour décrire l’image à quelqu’un qui ne peut pas la voir. L’accent est mis sur les personnes accédant au site à l’aide de lecteurs d’écran qui ne peuvent pas voir l’image et qui, à ce titre, doivent se faire lire les images à des fins de description.
Rien n’agace plus les utilisateurs malvoyants que de visiter un site et de voir chaque image lue comme « mot-clé – mot-clé – mot-clé ».
Et pourtant, même aujourd’hui, avec toute la littérature qui existe sur l’utilisation correcte du texte alternatif, cela arrive encore plus souvent qu’il ne le faudrait !

Conclusion :
Laissez tomber les mots clés et décrivez le contenu de la photo à quelqu’un qui ne peut pas la voir.
Ne dites pas « image de » ou « photo de » dans votre texte alternatif. Soyez bref mais descriptif.
Enfin, ajoutez un « point » à la fin pour que les lecteurs d’écran sachent que le texte alt est terminé.

Pire conseil SEO #5 : « Semrush dit que j’ai des liens toxiques et que je dois soumettre un fichier de désaveu ».

Pire conseil SEO

Bien que la suite d’outils Semrush soit, dans l’ensemble, un investissement de qualité pour les utilisateurs et les référenceurs, c’est là son plus gros inconvénient. Dans son identification des liens toxiques, l’outil échoue !
Il nous est arrivé de lancer un crawl pour un client avec Semrush sans que l’outil ne crache un énorme avertissement « Danger ! Danger ! » lors de l’examen d’un profil de lien.
Semrush identifie des liens aléatoires comme toxiques et recommande alors à l’utilisateur de soumettre un fichier de désaveu. Le problème de cette recommandation est qu’elle est inutile et complètement arbitraire.
Google est très clair à ce sujet :
Le propriétaire moyen d’un site ne devrait jamais se soucier des liens toxiques.
Les déterminations arbitraires de la toxicité par les outils ne sont pas précises.
Il s’agit de vendre les outils, selon John Mueller de Google.
En fait, Google n’a même pas de concept de domaines toxiques, et il faut toujours éviter de suivre aveuglément un outil qui dit « autrement ».

Conclusion :
À moins que vous n’ayez une action manuelle ou que vous sachiez que vous avez créé vous-même des mauvais liens, un fichier de désaveu est une perte de temps totale pour le propriétaire de site moyen.
Ignorez les outils et passez à autre chose qui aidera réellement à faire progresser votre site.
Dernières réflexions
Vous avez entendu dire que le référencement est un marathon, pas un sprint. Comme pour tout marathon, tout est question d’entraînement et de préparation.
Ne faites pas dérailler votre marathon de référencement en succombant aux mauvais conseils d’un cours, d’un podcast ou d’un gourou qui essaie de vous vendre son dernier outil.
Au contraire, faites preuve d’un peu de bon sens et repoussez les conseils qui « peuvent » sembler discutables au moment où ils sont donnés. Le site que vous sauverez sera peut-être le vôtre.

Outil audit SEO, le top 20 à ne pas négliger pour 2023 !

Outil audit SEO, le top 20 à ne pas négliger pour 2023 !

L'analyse et l'audit du référencement sont la première étape de la compréhension des performances et de la santé d'un site web. Cela comprend la visibilité, le classement des mots-clés et la génération de trafic. Seules ces étapes permettent de vérifier la...

lire plus