SEO technique : Optimisation avancée de votre site

Les stratégies SEO ne peuvent être maintenues sans une base cohérente. Même si vous créez un contenu extraordinaire et construisez un réseau de liens qualifiés, Google ne maintiendra pas votre site en tête s’il met trop de temps à se charger ou si trop de pages contiennent des erreurs. Nous faisons ici référence aux problèmes structurels d’un site web, qui relèvent du SEO technique.

Si vous envisagez l’optimisation comme une pyramide, le SEO technique sert de fondation qui soutient les stratégies de production de contenu, de construction de liens et de renforcement de l’autorité.

Par conséquent, les problèmes techniques doivent être évités et traités rapidement, faute de quoi votre pyramide risque de s’écrouler.

Ce guide complet, sur ce type de SEO, couvre des aspects essentiels tels que l’optimisation de la structure du site web, l’amélioration de la vitesse de chargement, la résolution des erreurs et le renforcement du classement dans les moteurs de recherche.

En vous concentrant sur les éléments techniques, vous pouvez améliorer l’expérience de l’utilisateur, augmenter la découvrabilité et assurer une exploration et une indexation sans heurts.

Qu’est-ce que le SEO technique ?

SEO technique Le SEO technique est l’ensemble des optimisations liées à la structure interne d’un site. L’intention est que les pages deviennent plus rapides, plus compréhensibles, plus traçables et plus indexables – ce qui est fondamental pour que tout le reste de la stratégie SEO fonctionne.

Le SEO technique est un sous-ensemble du SEO on-page, englobant les optimisations que vous pouvez contrôler et qui sont spécifiques aux pages de votre site web.

Cependant, le SEO on-page a une portée plus large et comprend des stratégies telles que la production de contenu, qui ne font pas spécifiquement partie du SEO technique.

En outre, il existe également le SEO off page, qui fait référence à la relation du site avec d’autres acteurs pour gagner en autorité sur le marché et construire un réseau de liens pertinents.

En revanche, le SEO technique se concentre sur les éléments sous-jacents d’un site web, notamment le code et l’architecture.

C’est ce dont vous avez besoin pour que Google trouve vos liens et les place dans le classement. Bien que les facteurs de SEO technique puissent influencer le classement, l’accent est mis ici sur le suivi et l’indexation.

Ensuite, le contenu et les stratégies de renforcement de l’autorité seront responsables de la montée de vos pages dans le classement des moteurs de recherche.

L’importance du SEO technique

De nombreux spécialistes du marketing considèrent le SEO technique comme trop compliqué et trop difficile à comprendre, et l’ignorent donc tout simplement au profit du SEO de page qu’ils comprennent déjà. Mais sans cela, votre stratégie SEO plus large est incomplète et votre site n’est tout simplement pas aussi visible ou fonctionnel qu’il pourrait l’être.

Amélioration de la découvrabilité

Lorsque le SEO technique d’un site web est optimisé, les robots d’indexation peuvent facilement naviguer et indexer chaque page. Cela se traduit par un plus grand nombre de visiteurs qui découvrent votre site par le biais de recherches sur le web et vérifient ce que vous offrez.

Amélioration de l’expérience utilisateur

Une stratégie SEO vraiment complète ne se limite pas à satisfaire les robots d’exploration de Google lorsqu’ils se présentent pour une visite. Il s’agit également d’améliorer l’expérience de l’utilisateur en rendant votre site plus rapide, plus efficace et plus facile à parcourir sur les appareils mobiles.

Amélioration de la gestion de votre site

Un site organisé, fonctionnel et qui se charge rapidement ne profite pas seulement à vos clients. Il facilite également la gestion de votre site. Il rend les choses plus sûres et plus sécurisées pour tout le monde, et il vous sera plus facile de convertir un plus grand nombre de vos visiteurs en clients payants.

Principaux aspects du SEO technique

Principaux aspects du SEO techniqueMaintenant, comprenons quels sont les principaux facteurs techniques du SEO que vous pouvez optimiser.

Notez que de nombreux facteurs peuvent être identifiés et corrigés par n’importe quel professionnel, grâce à des outils tels que Google Search Console ou des plugins tels que Yoast. Cependant, certaines optimisations sont un peu plus complexes et peuvent nécessiter l’intervention de professionnels spécialisés.

Intervenir directement sur le code n’est pas simple et, sans connaissances spécifiques, vous pouvez commettre de graves erreurs. Donc si ce type de SEO dépasse vos connaissances, n’hésitez pas à demander de l’aide à notre équipe d’experts en SEO technique.

Voir ci-dessous les principaux facteurs du SEO on-site.

La vitesse de la page

Si une page met quelques secondes à s’ouvrir, ce délai peut déjà être une raison pour l’utilisateur de renoncer à y accéder.

Think With Google a constaté qu’un temps de chargement allant jusqu’à 5 secondes augmente de 90 % la probabilité que l’utilisateur abandonne sa visite.

L’amélioration de la vitesse des pages relève du SEO technique. En effet, le temps de chargement est lié à la structure interne du site, comme la taille des images, l’organisation du code et le serveur d’hébergement.

Vous devez tout d’abord déterminer la vitesse de chargement de vos pages.

Google fournit lui-même un outil à cet effet : PageSpeed Insights. Cet outil vous donne un score pour votre vitesse de chargement et indique les facteurs que vous pouvez optimiser pour l’améliorer.

Un autre outil bien connu est GTmetrix, qui vous indique la vitesse de chargement (et pas seulement un score) et les possibilités d’amélioration.

Comme vous pouvez le voir dans les rapports de ces outils, il existe de nombreuses actions techniques de SEO que vous pouvez effectuer pour améliorer le temps de chargement.

En voici quelques-unes :

  • Compresser les fichiers envoyés par le serveur (Gzip)
  • Réduire la taille des images de la page
  • Éliminer les caractères inutiles du code HTML, CSS et Javascript (minify)
  • Créer des pages mobiles accélérées (AMP)
  • Exploiter le cache du navigateur

La convivialité mobile

Depuis l’introduction des smartphones et des tablettes, le moteur de recherche Google a compris que l’avenir de la recherche était mobile. Il n’a donc pas ménagé ses efforts pour rendre la recherche mobile plus efficace.

En 2015, Google a déjà annoncé une mise à jour « mobile-friendly », qui a fait de la réactivité un facteur de classement.

L’une de ses actions les plus récentes a été l’adoption de l’index mobile-first, qui a commencé à donner la priorité à l’indexation de la version mobile étant donné que les recherches à partir d’appareils mobiles ont déjà dépassé les recherches sur ordinateur de bureau.

Maintenant, il est important de savoir quelles actions techniques SEO vous pouvez entreprendre pour améliorer l’indexation et le classement de vos pages. L’approche la plus efficace consiste à s’assurer que votre site web est réactif. Grâce à cette fonctionnalité, vos pages affichent le même code HTML et la même URL, quel que soit l’appareil utilisé. Le code CSS, quant à lui, est utilisé pour rendre les pages en fonction de la taille de l’écran de l’utilisateur.

Pour que l’algorithme de Google reconnaisse automatiquement la réactivité de vos pages, vous devez ajouter la balise « viewport » à l’en-tête du code HTML.

Cette balise guide le navigateur dans l’ajustement des dimensions et de l’échelle de la page en fonction de la largeur de l’appareil.

Si cette balise n’apparaît pas, le navigateur tente d’adapter l’affichage de la page de la meilleure façon possible.

Cependant, cela tend à offrir une mauvaise expérience à l’utilisateur. C’est pourquoi Google peut considérer que vos pages ne sont pas adaptées aux mobiles.

En général, les outils de création de sites web, tels que WordPress ou Shopify, intègrent déjà une optimisation pour les appareils mobiles. Vous n’avez donc pas à vous préoccuper outre mesure du codage.

Les erreurs de tracking

Avant d’envisager d’améliorer le positionnement de votre site dans les résultats de recherche, il y a d’abord une étape fondamentale à franchir pour qu’il y apparaisse : le suivi. C’est la première étape que franchit le robot pour organiser les sites web. Vous devez donc savoir si Google suit vos pages. La première étape consiste à envoyer un sitemap, qui indique à Google toutes les pages à explorer sur votre site.

Cependant, même si vous montrez le chemin au robot, il est fréquent qu’il trouve des erreurs dans les pages et qu’il ne le fasse pas. Pour identifier les problèmes qui entravent le suivi et l’indexation, vous pouvez utiliser le rapport sur l’état de la couverture de l’index, disponible dans Google Search Console.

Dans ce rapport, vous pouvez voir quelles pages ont été indexées et lesquelles ont rencontré des problèmes. Plusieurs raisons peuvent expliquer que des pages ne soient pas indexées.

En voici quelques-unes :

  • Des erreurs de serveur
  • Erreurs de redirection, telles qu’une redirection en boucle
  • Blocage d’URL par le fichier robots.txt
  • Blocage de l’URL par la balise « noindex » dans le code de la page
  • URL inexistante (erreur 404)

Chaque URL doit être analysée afin de corriger l’erreur qui empêche son indexation. N’oubliez pas que vous risquez de perdre des visiteurs précieux pour votre entreprise si vos pages ne sont pas indexées.

L’architecture du site

L’architecture du site SEOUne grande partie du SEO technique consiste à faciliter le travail de Google en matière de suivi. L’un des moyens d’y parvenir est de montrer au robot les chemins à suivre au sein de votre site pour comprendre les hiérarchies entre les pages et les connexions entre les liens internes.

Pour cela, vous devez disposer d’une architecture bien pensée, basée sur une logique de hiérarchisation et de catégorisation des pages. Ceci est d’autant plus important pour les sites robustes, avec de nombreuses pages, qui nécessitent une organisation claire.

Une bonne architecture de site se reflète dans les facteurs qui influencent l’exploration et l’indexation, mais aussi dans le classement des pages par Google. Ces facteurs sont les suivants :

  • Le formatage des URL : pour qu’elles soient conviviales (exemple.com/catégorie/sous-catégorie)
  • La création de sitemaps : qui guident le robot dans l’exploration des pages du site web
  • Les liens internes : ils indiquent à Google les pages qui ont le plus d’autorité sur le site.

Grâce à ces actions liées à l’architecture du site, vous aidez Google à comprendre son contenu, à effectuer une analyse complète et à rendre la structure plus compréhensible pour l’utilisateur.

Les images

Les images ont du pouvoir. Elles ne sont pas seulement de « jolis visages » sur un site web – elles peuvent ravir les visiteurs et les persuader que les pages atteignent leurs objectifs commerciaux. Cependant, derrière elles, il faut que le SEO technique soit à l’œuvre pour qu’elles remplissent leur rôle sans mettre en péril la vitesse de chargement et l’expérience de l’utilisateur sur la page.

Lorsque vous visualisez une image sur le web, vous n’imaginez peut-être pas qu’elle porte autant d’informations importantes pour le SEO technique. Ces informations ont pour fonction d’identifier cette image auprès de Google qui, malgré l’évolution de l’algorithme, ne peut comprendre que du texte.

Voyons maintenant les principaux éléments des images que vous pouvez optimiser, non seulement pour améliorer le SEO de la page, mais aussi pour augmenter les chances qu’elles soient bien classées dans Google Images.

Nom du fichier

Le premier élément technique SEO pour les images est le nom de fichier. Il s’agit du texte que vous modifiez sur votre ordinateur avant même de le télécharger.

Il doit être descriptif et convivial, afin que Google comprenne ce que l’image représente (par exemple, crayon rouge.png au lieu de IMG586.png).

Texte Alt

Une autre donnée chargée par l’image est le texte alternatif. Il s’agit du texte alternatif, qui sert à être affiché à l’utilisateur lorsque l’image ne se charge pas. Il est également utilisé dans les outils d’accessibilité pour les utilisateurs ayant des besoins particuliers.

Le texte Alt remplit également une fonction dans le SEO en informant Google du contenu de cette image et en l’aidant à l’indexer.

Taille du fichier

La taille des images joue un rôle crucial dans la vitesse de chargement d’une page web. Lorsque vous réduisez la taille du fichier, vous améliorez non seulement le classement général de la page en accélérant le temps de chargement, mais vous bénéficiez également de l’image individuelle puisque Google donne la priorité aux fichiers de petite taille.

Pour ce faire, vous pouvez vous appuyer sur des outils qui réduisent les kilo-octets des images et éliminent les informations inutiles des fichiers sans sacrifier la qualité. Optimus et Tinypng en sont de bons exemples.

Format

Par rapport aux formats JPG et PNG, les formats d’image plus avancés – JPEG 2000, JPEG XR et WebP – offrent une meilleure compression tout en conservant la qualité. Privilégiez ces formats pour accélérer le chargement.

Dimensions

L’idéal pour le SEO technique est de charger les images dans les dimensions exactes où elles seront utilisées. Cela évite que le site ne se redimensionne et que l’image ne prenne de la place inutilement, retardant ainsi le processus de chargement.

Téléchargement

Les images dont la taille est inférieure à la limite de page (c’est-à-dire qui n’apparaissent pas encore à l’utilisateur) peuvent voir leur téléchargement reporté.

Pour ce faire, utilisez la fonction de chargement paresseux, disponible dans le plugin Lazy Load pour WordPress, par exemple. De cette manière, les images ne sont chargées que lorsque l’utilisateur les atteint.

Le contenu dupliqué

Lorsque nous parlons de contenu dupliqué, nous faisons référence à la fois au texte et aux images copiés à partir d’autres sites et au contenu répété au sein de votre propre site web, même sans intention.

Le premier cas est facile à éviter : il suffit de se concentrer sur la création d’un contenu original pour votre public. Le plagiat de textes et d’images provenant d’autres sites est non seulement contraire à l’éthique, mais peut également donner lieu à des infractions en matière de droits d’auteur.

Le deuxième cas est plus complexe et nécessite quelques actions techniques de SEO. Il peut y avoir du contenu dupliqué sur le site, par exemple, lorsque vous mettez à jour une page et créez une nouvelle URL pour elle sans désactiver l’ancienne.

Un autre exemple est celui où le même contenu est accessible par des URL différentes.

Lorsque Google se rend compte qu’il y a du contenu dupliqué sur le site, il a tendance à donner la priorité au classement du contenu original. Cependant, cela n’est pas toujours clair pour le robot, et le résultat peut être une pénalité pour les deux pages.

Pour résoudre le problème du contenu dupliqué sur votre site web, vous devez donc d’abord identifier les pages qui présentent cette erreur. Siteliner est un outil spécifique qui permet de savoir combien et quelles pages ont un contenu dupliqué.

Après avoir vérifié quelles pages ont un contenu dupliqué, vous pouvez montrer à Google quelle est la page préférée à indexer et à classer. Pour ce faire, vous devez appliquer la balise canonique au code de la page principale.

Une autre solution consiste à utiliser la redirection 301 pour diriger à la fois les utilisateurs et les robots vers la page principale, où vous souhaitez gagner du temps et de l’argent.

Les données structurées

Les données structuréesVous devez maintenant avoir compris que Google aime les sites organisés, n’est-ce pas ?

L’organisation facilite la tâche du robot, qui peut ainsi comprendre les pages et savoir où suivre son balayage. Les données structurées l’aident donc dans cette tâche. Elles ont pour fonction de marquer les codes des pages afin de guider le chercheur sur certains aspects de leur contenu. Fondamentalement, elles aident à décrire votre site à l’algorithme.

Le rich snippet

Ces balises peuvent être utilisées non seulement pour le suivi et l’indexation, mais aussi pour l’affichage des résultats de recherche. L’une des principales utilisations des données structurées dans le cadre du SEO technique est celle des rich snippets. Si vous avez déjà cherché une recette sur Google, vous les avez déjà rencontrés.

Les informations sur les évaluations, les commentaires et le temps de préparation sont des balises de données structurées. Ce type de marquage peut également apparaître dans d’autres types de contenu, comme les films, les entreprises locales et les produits.

Outre le fait qu’elles aident Google à comprendre le contenu, elles transmettent également des informations plus riches aux utilisateurs, qui disposent de plus d’éléments pour décider sur quel lien cliquer.

Le fil d’Ariane

Mais les données structurées ne se limitent pas aux « rich snippets ». Un autre exemple largement utilisé est celui des fils d’Ariane, qui présentent le chemin parcouru par l’utilisateur (catégories et sous-catégories) pour atteindre cette page. Vous pouvez également utiliser ces informations dans les résultats de recherche.

Vous pouvez aussi les utiliser simplement pour aider Google à comprendre le contenu d’une certaine partie de la page.

Par exemple, vous pouvez insérer des informations de contact sur la page, qui deviendront claires pour votre visiteur. Toutefois, le robot devra faire un effort pour comprendre le contenu de cette section.

Solutions et applications

Pour réaliser ces balises, vous aurez peut-être besoin d’un peu plus de connaissances en matière de codage. Mais certains plugins WordPress facilitent ce processus, comme Schema App Structured Data.

Google souhaite également aider les développeurs à créer des données structurées efficaces (et les empêcher de pratiquer le black hat avec cette ressource). C’est pourquoi il a créé le Structured Data Markup Helper, qui aide également à les insérer dans votre site web.

Vous pouvez également utiliser l’outil de test des données structurées pour vérifier si tout s’est déroulé comme prévu avec vos balises. Le rapport indique comment Google analyse vos pages et s’il y a des problèmes de lecture des données.

Les plans de site

Dans la section sur l’architecture du site, nous avons abordé la création de sitemaps pour guider Google dans sa structure de liens. Détaillons maintenant un peu plus cette fonctionnalité, essentielle dans les stratégies de SEO technique.

Le sitemap est un fichier (généralement au format XML) qui contient toutes les pages et tous les documents d’un site, ainsi que les connexions entre eux.

Lorsque vous présentez ce fichier à Googlebot, celui-ci identifie les pages qu’il doit explorer et celles qui sont les plus importantes.

Le sitemap est d’autant plus important pour les sites très vastes ou comportant des pages isolées. Ainsi, le fichier permet de s’assurer que toutes les pages sont explorées et indexées par le robot.

Il existe différentes manières d’envoyer le fichier sitemap à Google. La méthode la plus simple consiste à passer par Google Search Console, qui dispose d’un outil de rapport sitemap spécifique.

Mais avec des connaissances plus avancées, vous pouvez spécifier le chemin d’accès au fichier dans le fichier robots.txt ou utiliser la fonction « ping » pour demander le suivi du sitemap.

Dans ce lien, Google explique comment faire tout cela.

L’erreur 404

L’erreur 404Il n’y a rien de plus frustrant que d’effectuer une recherche sur Google, de trouver exactement le résultat souhaité, mais d’être confronté à une erreur 404 qui vous empêche de consulter le contenu.

Vous avez dû passer par là et vous savez ce que vous ressentez. Google sait également qu’il s’agit d’un problème pour l’expérience de l’utilisateur et pénalise généralement les pages qui présentent fréquemment cette erreur.

L’erreur 404 est une réponse du site à une demande de l’utilisateur. Lorsqu’elle apparaît, cela signifie que l’utilisateur a demandé une adresse et que le site a pu communiquer avec le serveur mais n’a pas trouvé l’adresse demandée.

Cela peut se produire lorsque l’URL d’une page a été modifiée et que l’utilisateur tente d’accéder à l’ancienne URL. Pour éviter de rencontrer une erreur 404, les sites peuvent rediriger les visiteurs vers l’URL correcte en appliquant des redirections 301.

Toutefois, ces erreurs peuvent se produire même si toutes les URL sont correctes. Lorsque l’URL contient une erreur de frappe, par exemple, l’erreur 404 peut apparaître. Dans ce cas, pour éviter que l’utilisateur ne quitte le site, vous pouvez créer une page d’erreur personnalisée, suggérant d’autres chemins au visiteur.

Il existe également des outils SEO qui identifient les pages contenant des erreurs que vous pouvez corriger. Dead Link Checker, Screaming Frog et Google Search Console peuvent vous aider dans cette tâche.

La disponibilité

Une autre erreur très courante – et une expérience frustrante pour les utilisateurs – est l’indisponibilité du site web. Dans ce cas, le visiteur n’est pas confronté à une page d’erreur. Il ne peut tout simplement pas trouver le site !

Pire encore, lorsque cela se produit, Google ne peut pas non plus lire le site. Les pages ne peuvent donc pas être indexées. Lorsque cela se produit fréquemment, le moteur de recherche comprend que votre site n’existe plus. Votre site risque donc de disparaître des recherches.

Si vous ne voulez pas que cela se produise, vous devez veiller à la disponibilité de votre site web. Ce point est généralement lié au service d’hébergement du site web, qui doit veiller à ce que votre site reste en ligne le plus longtemps possible.

Dans le contrat d’hébergement, vous devez établir un SLA (Service Level Agreement), qui détermine le temps de disponibilité promis par l’entreprise.

L’infrastructure de ces entreprises est prévue pour fonctionner 24 heures sur 24, 365 jours par an. Cependant, il est fréquent que des défaillances matérielles et logicielles se produisent, de même que des mises à niveau et des opérations de maintenance qui entraînent des temps d’arrêt. Le temps de disponibilité n’est donc jamais de 100 %.

Malgré cela, vous devez garder un œil sur le service d’hébergement et calculer le temps de disponibilité de votre site pour vérifier si l’accord de niveau de service est respecté.

La compatibilité des navigateurs

Lors de la création d’un site web, vous devez tenir compte de la variabilité des navigateurs qui existent actuellement.

Si certains utilisateurs ont recours à des navigateurs modernes tels que Google Chrome ou Safari, nombreux sont ceux qui utilisent encore Internet Explorer comme norme de navigation.

Cependant, chaque navigateur lit les sites différemment, ce qui peut entraver la visualisation dans certains cas.

Les navigateurs plus anciens, par exemple, ne prennent pas en charge certaines normes de développement plus avancées.

Les développeurs doivent donc tenir compte des limites de chaque navigateur, et un audit technique de SEO doit vérifier la compatibilité de chaque navigateur. Cela est particulièrement important si votre public a tendance à utiliser des navigateurs plus anciens.

La sécurité

La sécurité WebFaire face au piratage d’un site web ou à une faille de sécurité est l’une des expériences les plus frustrantes que puisse vivre un propriétaire de site web. Il peut être incroyablement difficile de trouver et de combler une faille une fois qu’elle a été découverte.

Les problèmes de sécurité peuvent également avoir une incidence considérable sur la façon dont vos clients envisagent de continuer à faire des affaires avec vous.

La sécurité est importante pour vos clients, et elle l’est aussi pour Google. En 2014, Google a officiellement annoncé que le protocole HTTPS serait un nouveau facteur de classement important à l’avenir.

L’idée était d’encourager davantage d’administrateurs de sites web et de propriétaires d’entreprises à adopter le protocole et à réinvestir dans la sécurité de leurs sites.

Donc, si votre site n’adhère pas encore au protocole HTTPS, il n’y a pas de meilleur moment que le présent pour l’ajouter à votre liste de choses à faire en matière de SEO technique.

Les avantages d’une telle démarche sont les suivants :

  • Une plus grande tranquillité d’esprit pour vos visiteurs, car le protocole HTTPS est largement reconnu comme un signe qu’un site est suffisamment sécurisé.
  • Des taux de conversion plus élevés, car les personnes qui visitent votre site pour la première fois se sentiront plus à l’aise pour acheter chez vous.
  • Plus d’opportunités d’engagement, car les gens hésitent moins à partager leur adresse électronique et d’autres informations personnelles.

Pour commencer la transition de HTTP à HTTPS, achetez un certificat SSL auprès du service d’hébergement web de votre choix.

Veillez toutefois à effectuer des tests adéquats avant la fin de la transition, car le passage d’un protocole à l’autre peut affecter certaines fonctions.

Conclusion

Le SEO technique peut sembler intimidant pour les nouveaux venus, mais cela ne le rend pas moins important.

Les bons outils peuvent aider à éliminer certaines incertitudes de l’équation.

Chez Insightful, nous prenons en charge les principales préoccupations techniques en matière de SEO, telles que la sécurité, la vitesse et l’assistance informatique, afin que vous puissiez vous concentrer sur ce que vous faites le mieux : créer des expériences incroyables pour vos visiteurs.

FAQ SEO technique

Le SEO technique est-il difficile ?

Quels que soient les efforts que vous déployez pour améliorer votre SEO organique et développer votre trafic, si votre site web n’est pas à la hauteur des tâches techniques que les moteurs de recherche comme Google attendent de lui, vous risquez de fortement freiner votre croissance et de perdre votre temps. Le SEO technique peut être difficile.

Quelle est la différence entre le SEO technique et le SEO on-Page ?

La différence entre le SEO technique et le SEO on-page est simplement le niveau de technicité. Le SEO on-page est généralement plus axé sur le contenu. Il comporte certains aspects techniques, mais se concentre sur le choix du bon mot-clé et la création d’un contenu qui plaira aux algorithmes des moteurs de recherche.

SEO 2024 : Top 7 des tendances les plus importantes

SEO 2024 : Top 7 des tendances les plus importantes

Avec l'avènement de l'intelligence artificielle et des chatbots de recherche, ainsi que la popularité croissante du contenu vidéo, il est essentiel d'analyser l'avenir de l'optimisation des moteurs de recherche et les dernières nouveautés en matière de SEO en 2024....

lire plus
KPI SEO : 12 métriques pour mesurer votre succès en 2024

KPI SEO : 12 métriques pour mesurer votre succès en 2024

Indicateurs clés de performance - le nom lui-même reflète ce qu'il veut dire. Il s'agit d'indicateurs qui permettent de mesurer les performances de votre activité. C'est le sens général, et maintenant la question se pose : "Qu'est-ce que un KPI SEO ? Ce sont quelques...

lire plus
SEO off page : Facteurs, techniques et importance en 2024

SEO off page : Facteurs, techniques et importance en 2024

Il ne suffit pas de créer un contenu fantastique et d'espérer que les visiteurs arrivent. Ce qui se passe en dehors du site web de votre entreprise a également un effet considérable sur le nombre de prospects que vous générez et sur les performances de votre site dans...

lire plus
Seo on page : Le guide pour les débutants en 2024

Seo on page : Le guide pour les débutants en 2024

Le SEO fait partie intégrante du marketing numérique. Il se divise en deux catégories principales : le SEO On-Page et le SEO Off-Page. Bien que les deux soient tout aussi nécessaires, le SEO On-Page est la toute première étape à franchir lorsque vous vous lancez dans...

lire plus
Astuces SEO : Top 15 pour un meilleur référencement

Astuces SEO : Top 15 pour un meilleur référencement

Que vous soyez propriétaire d'une petite entreprise ou que vous dirigiez une société figurant au classement Fortune 500, le SEO a un impact énorme sur le succès de votre entreprise. Votre stratégie SEO détermine la facilité avec laquelle vos clients cibles peuvent...

lire plus